avant_dogonpage précédente:
fécondité invoquée,
les togunas d'Amani

 




Présence bienveillante
accrochée aux anfractuosités de la falaise,
les vestiges TELLEMS accompagnent mes pas
avec constance jour après jour.

étagement plaine villages Dogons éboulis falaise et vestiges Tellems

Depuis la plaine, des étagements parallèles :
plaine//éboulis et villages mêlés//falaise et vestiges...
et tout en haut, plateau aride et villages clairsemés.

Pour démêler construit et naturel:
clic! dans PHOTO >>> agrandir!...
à faire sans gêne sur toutes les PHOTOS de la page, juste pour voir.

 

présence ésotérique des Tellems Village dogon deYayé, place publique avec son petit tumulus rituel

C'est entre Yayé et Iréli (carte)
que j'ai approché au plus près
les tours d'argile, vestiges tellems, dressées à la base des falaises,
près de greniers Dogons plus récents, leurs héritiers.
Puis, plus tard, encastrés dans la faille de Youga Dougorou
des greniers coniques plus anciens.

voir l'album: MALI ruines Tellems, Nombori à Iréli
(Tiréli, Amani, Yayé) puis Youga

bout_tellems-album


 

Les TELLEMS, histoire d'archéologues

Premières traces d'occupation des grottes à flanc de falaise:  IIIe, IIe s. avant notre ère (vestiges de greniers et poteries). C'est l'époque des TOLOYS, hommes de petite taille  semble-t-il, mais pas pygmées pour autant.

Les TELLEMS prennent leur place vers le XIe s. Peuple de chasseurs cueilleurs qui réutilisent les greniers Toloys... dont certains déjà comme sépultures.

Les DOGONS arrivent plus tard: XIVe s., peut-être fuyant une sécheresse... ou peut-être chassés de leurs terres par des peuples plus agressifs... à moins que ce ne soit le refus d'une islamisation forcée...
Leur arrivée va progressivement chasser les Tellems, sans doute plus par leur mode de vie que par les armes: agriculteurs, ils défrichent la forêt, détruisant le milieu de vie naturel de leurs prédécesseurs.
Les Dogons ont préservé les constructions des anciens occupants, ont construit les villages au-dessous, et repris à leur compte la pratique de déposer leurs morts dans les anciens greniers haut perchés, devenus cimetières et lieux de culte.

à lire:

(Dans les siècles suivants, la position retranchée des villages de la falaise a permis aux Dogons de résister aux fréquentes razzias de leurs différents voisins, ensuite aux XVIIIe et XIXe s. aux tentatives belliqueuses d'islamisation lancées par le puissant royaume Peul du Macina tout proche. Puis, ce fut la colonisation française...)


Les TELLEMS, histoires d'OUMAR

Oumar, mon guide, sait très bien que les Tellems
sont le peuple qui a précédé les Dogons sur les falaises.
De même que dans un monde très réel,
il croit savoir qu'ils auraient encore des descendants,
plus au sud, ou plus à l'est...

Mais, comme je l'ai déjà constaté,  les frontières entre mythes et réalités qui cloisonnent mon esprit n'embarrassent pas celui de mon guide.

Mythique courage Tellem symbolisé par la lutte contre le lion Selon Oumar, les Tellems, malgré leur petite taille, étaient capables d'exploits fantastiques que les Dogons ne sauraient égaler. D'une force et d'un courage hors du commun, ils savaient lutter contre les lions... D'ailleurs, on a retrouvé dans les maisons Tellems des bracelets de cheville extrêmement lourds, que si je les mettais, moi, chétive comme je suis, je ne pourrais même pas marcher avec... Même les Dogons traineraient la patte. Mais les Tellems, c'était rien pour eux!... Ils grimpaient aux falaises, ils étaient agiles... Je n'imagine même pas!

Quand je lui demande si les Tellems utilisaient des échelles de cordes pour accéder aux habitats des grottes à mi-hauteur des falaises, il dit que c'est ce que beaucoup pensent... mais, en vrai, lui, il croit qu'ils n'en avaient pas besoin, les Tellems connaissaient des secrets de magie. 

Ah! oui, au fait... quand un homme est représenté avec des culottes courtes, je dois savoir que c'est un Tellem. S'il a des pantalons, c'est un Dogon. La différence de taille aussi, le Dogon est plus grand.
Dans les statuettes, celles comme taillées dans un cylindre, aux bras levés, au torse trop long, aux jambes courtes et fléchies évoquent les Tellems pour mon guide. Il les recherche, les ausculte avec sévérité, écarte les pâles imitations et s'extasie sur les copies qui lui paraissent talentueuses.

 

échelle, transmission Tellems aux Dogons, à Iréli Dogon porteur de Tellem

clic! photo >>> +grand, +beau

Toguna (très visité) d'Iréli

ph. de gauche: en haut, un tellem au-dessus d'un dogon
sur l'échelle familière...
Un pont installé par le tellem entre eux.
Un petit être, enfant (innocence?) va du tellem au dogon.
Transmission des connaissances tellems aux dogon,
c'est ce que voit Oumar, comme un leg.
L'échelle permet de s'élever autrement que physiquement.

ph. de droite: un dogon, encore au plus haut d'une échelle,
Un tellem sur les épaules, bras levés vers le ciel.
Le dogon prêtant sa haute taille au tellem,
le rapproche du ciel...
Mais c'est le tellem qui fait le lien entre ciel et dogon,
C'est le tellem qui côtoie les cieux... les Dieux ?

C'est en plus un enseignement à suivre dans la vie,
c'est comme chacun est lié à l'autre...
et comme on doit s'entr'aider.
Le contraire ne serait pas bien.


toutes les pages de ce carnet,                                         page suivante
cliquer dans l'icône ci-dessous :                                entre Amani et Yayé
du vert en saison sèche
retour_GPS_dogonbouton_suiteretour à l'accueil                  
retour accueil                




les PUBS!!!..... colère!

Les pubs ne sont pas voulues par Roots Voyage et retours
Ne plus les voir sur vos écrans ici comme ailleurs sur internet ?

SOLUTION (clic)