avant_dogonpage précédente:

atteindre Yendouma Atô,
falaises de Bandiagara


 

 


Alaye Kéné AtôAlaye ne parle pas français. Le guide fait le lien, dit que nous sommes venus jusqu'à Yendouma à ma demande, pour le rencontrer.

Immense sourire-lumière.

 

Un homme à la voix douce, discrètement chaleureux, sans effusions... Les choses à dire sont dites, simplement. Présence habitée de dignité.

 

Mais d'abord, il faut que nous nous installions, que nous prenions le temps de nous reposer, boire et manger. Ce n'est qu'à la fin de notre repas qu'il vient s'asseoir à côté de moi, sur le banc, accompagné de son jeune fils qui fera l'interprète. Je remarque qu'il s'est changé, des habits tout frais, une belle tunique, faire honneur...

Je lui remets le matériel à dessin apporté pour lui, et le magazine cité dans la page précédente. Son fils lui lit l'article, le lui traduit après que je lui en ai décodé certains termes. Alaye est authentiquement et très simplement heureux et honoré. Il écoute son fils comme on reçoit un bienfait. Je suis gênée par la gratitude qu'il me témoigne, j'ai fait peu...

D'abord, il veut qu'on parle d'où je viens, par où je suis passée. Puis il pose devant moi une petite mallette fatiguée et l'ouvre sur ses trésors: une coupure de journal, un petit livre sur lui, édité en France et écorné ... ses dessins. Il en éprouve une grande fierté, toujours aussi simplement.

Faits aux feutres sur feuilles A4. En parle, raconte, dit ce qu'il y a mis, son fils traduit. Les esprits, les génies, les satans et toujours la pierre à offrandes, les Dogons, leur bonnet, les épouses et la permanence de l'agriculture, représentée par la végétation. La lune et l'étoile pour la nuit.

Fumer est quasi mystique, ça vous met en relation avec le ciel, ça ne peut que bien vous inspirer, ça aide à réfléchir.

05_dessin_alaye7

 

Je trouve à ses génies qui pourraient être malfaisants un petit air espiègle et joueur qui me les rend sympathiques. Peut-être faudrait-il y voir de l'angoisse?...

extrait_de_texte_expo2

extrait d'un texte tiré du livre pré-cité

Moi, j'y vois de la grâce, de l'énergie, du mouvement et un commerce constant entre le monde du visible et celui de l'invisible, sans séparation entre les deux, et pas vraiment chargé d'hostilité. Extraits... (comme toujours, on clique dans vignettes pour VOIR dedans photos)

extrait dessin_alaye6

 

extrait dessin8

 

 

extrait dessin_alaye4 extrait dessin_alaye_5

Dessins que vous pouvez voir en entier (plus d'autres) dans l'album:

Alaye Kéné Atô, Grand Dessinateur Dogon"

bout_album_alaye.expo_venteDans cet album, vous trouverez les dessins que j'ai achetés, ceux que m'a offerts Alaye et quelques-uns d'une expo sur lui, installée entre-temps à l'hôtel "y a pas de problème", à Mopti, d'où je suis partie pour venir en Pays Dogon et que je vais retrouver en rentrant. Boucle!...

 

Alaye s'est mis à dessiner jeune, après avoir perdu sa main gauche dans l'explosion de son fusil à mèche au cours d'une cérémonie de funérailles. Ses premiers dessins étaient remplis de combats, d'armes à feu... Manifestement, son art s'est apaisé. Il est tourné maintenant vers ce qui occupe son esprit: son aspiration, son souhait le plus grand à devenir un jour Hogon (sur les Hogons, chefs spirituels, voir la page 5: mystérieux Hogons). Il dit essayer dés maintenant d'en être digne et s'y préparer spirituellement. Son visage s'éclaire quand il en parle. Je sais que le Hogon vit reclus, sans plus avoir d'activités. Je demande à Alaye s'il se retirera s'il est choisi, comme le veut la coutume...c'est oui!... s'il continuera à dessiner?... c'est aussi oui, comme une évidence, en dépit de la coutume.

Ainsi nous passons l'après-midi, de dessins en émotions, de paroles en bonheurs irradiés sur les visages, à l'ombre du toit de chaume d'un abri ouvert sur la falaise blanchie de soleil, dans ce village perché éloigné de la piste, auquel Alaye est profondément attaché, et qu'il ne trahirait pas en installant son campement plus bas même s'il sait que ce serait plus rentable pour lui. Il aime Yendouma Atô, c'est là qu'il veut vivre et recevoir les gens.

Avant de nous quitter, Alaye me demande de faire cette photo, ici, devant cette pancarte:

grand_dessinateur

Car, oui!... Alaye est conscient de sa valeur et peut-être même de sa noblesse. Il en est fier, sans forfanterie, mais plutôt comme ce qui se doit d'être.

Ensuite, prend un bâton canne, plus attribut de dignitaire que réel besoin, et se met en marche avec nous. Il nous accompagne sur notre retour, très droit et toujours digne. Les adieux se font plus loin, à la limite de la commune, avec les souhaits et bénédictions d'usage.

Bonne, bonne rencontre... ça se love dans votre esprit, ça vous donne des ailes.

Le retour vers Youga Nah se fait par la vallée. Le guide nous épargne, à son petit élève et à moi, la ligne droite qui nous ferait escalader les trois Youga (voir carte). Nous contournons  le plateau-îlot en remontant la vallée-couloir vers Koundou... mais à rythme soutenu impulsé par Oumar, le guide, qui sait évaluer ce qui nous reste de lumière du jour... le soleil se couche très vite ici.

village_au_soir
 

Entre Koundou et Youga Nah, nous aboutissons à l'eau que nous apercevions ce matin en grimpant aux trois Youga (3 pages avant), rappelez-vous: cette photo

eau eau2traces_bétail

... enfin, retrouver aux dernières lueurs du jour notre camp de base de Youga Nah...


L' ADEIAO : Association pour la défense et l'illustration des arts d'Afrique et d'Océanie, essaye de faire connaître l'artiste Alaye Kéné Atô. Sur leur site, une page lui est consacrée:

http://www.adeiao.org/mali/alaye-ato.html

Ainsi qu'une publication d'un de leurs carnets: 99,99 €

Alaye Atô, dessinateur dogon

N° 14 - Alaye Atô, dessinateur dogon
Avant-propos de Jean-Pierre Dozon, Directeur du CEA,
et Lucette Albaret, Présidente de l'ADEIAO
Textes de Bernard Pataux, Eric Jolly, Jacques Binet
(1999, 16 x 16 cm, 54 p.)
 

Depuis ce matin, l'ascension des trois Yougas, le défilé de Youga Dogourou et les ruines tellems (page 20), le plateau aux paysages fantastiques, (page 21) la plaine, vers Yendouma Atô (page 22), la rencontre avec Alaye... Quelle journée!... et je ne vous ai pas tout dit: je ne vous ai pas parlé de la rencontre au matin, en grimpant, avec une vieille dame au pied blessé pour qui ce soir notre jeune compagnon élève remontera depuis le campement lui porter médicaments, pansements et instructions dessinées ainsi qu'une bouteille d'eau vide pour garder l'eau bouillie, de la rencontre à Youga Dogourou village avec un vieux monsieur chez qui je n'ai vu qu'un vieil ivrogne quand Oumar a salué un vieil homme sage dont il a été heureux de recevoir la bénédiction et ces paroles de Oumar: "s'il est là, c'est qu'il y a une raison... Ses paroles, peut-être qu'aujourd'hui tu ne sais pas ce qu'elles disent mais elles disent quelque chose."... et d'autres choses encore...


toutes les pages de ce carnet,                                         page suivante
cliquer dans l'icône ci-dessous :                           retrouver Alaye KÉNÉ ATÔ

retour_GPS_dogonbouton_suiteretour à l'accueil                  
retour accueil