dimanche 8 mars 2009

GPS MALI ... du côté de MOPTI...

transport maritime MOPTI Mali

MOPTI, Djenné, Fatoma ...

en suivant les fleuves NIGER et BANI vers le nord,
nous arrivons dans la région de MOPTI ...
cité d'échanges et d'eaux

carte_Mopti_Fatoma_Djennésituation_Mopti

Ville captivante, j'espère vous livrer un peu de sa magie au fil des pages de ce carnet...

                              Bonne arrivée à MOPTI.

S O M M A I R E en images

( pour ceux qui préfèrent un index classique: ICI )

une icône >>>  une page ... clic ! pour ouvrir
9 pages à lire dans l'ordre* ou le désordre**

mopti_bus_bourrin     mopti_une_ville_gagnée_sur_les_eaux     bouton_mopti_port     Mopti_chantier_naval_récup
1. Bus bourrin, taxi         2. MOPTI, une ville          3. MOPTI Port,              4. Récup et chantier
flegmatique ...                gagnée sur les eaux        échanges vitaux             naval à MOPTI

bouton_bissap     bouton_mopti_petits_métiers     bouton_Fatoma     bouton__sur_la_route
5. Bissap,                      6. MOPTI,                       7. FATOMA,                   8. MALI,
recettes ...                     les petits métiers             marché aux zébus          sur la route

bouton_djenné
9. DJENNÉ,
le bac sur le BANI

CARTES : - MOPTI

         - la région de MOPTI, FATOMA, DJENNÉ


bouton_navigbouton_navig* dans l'ordre : Pour tourner les pages comme dans un livre, vous disposez, dans chaque page, d'un bouton "suite" en bas, d'un bouton "avant" en haut.xxxxxxx

retour_ségou** dans le désordre : en revenant piocher au Sommaire grâce au bouton "retour" présent au bas de chaque page.xxxxxxxxx

... et voilà, vers Mopti, c'est fini...mais ouvrez l'oeil!... ou mieux...inscrivez-vous à la newsletter (haut colonne gauche). Pour le Mali, on poursuit en Pays Dogon... MALI 4. Pays Dogon
xxxxxxxxxxxxx


retour_vers_mes_gpsretour à l'accueil

retour accueil

index

 


Posté par amilaba à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Bus bourrin, taxi flegmatique, hôtel... perdu dans ses rêves

bouton_avant_moptipages précédentes
"GPS ... du côté de SEGOU"

 

 

 

Tout au long du voyage,les images s'accumulent, les expériences aussi. De nouveaux évènements prennent la place des plus anciens. C'est éminemment enrichissant.
Mais régler les petits problèmes d'intendance contribue grandement à repousser les frontières qui enserrent votre esprit... ça vous met de l'intérieur en contact avec des manières d'être, de percevoir ou de penser que vous n'aviez pas jusque là envisagées.

 

Bus pour MOPTI et le Delta Intérieur du NIGER ...

Mardi 1er Janvier 2008... Au matin, sous un soleil de plomb, j'ai pris un bus pour MOPTI. C'est Mamadou, mon accompagnateur à Ségou le Vieux, qui s'est gentiment proposé pour m'amener à la gare "BINKE Transports", excentrée, sur sa petite moto... Mon gros sac calé par les jambes du chauffeur, mon petit sac sur le dos, en route ...

Motos, mobylettes, en plus ou moins bon état, des moyens de déplacement qui se sont banalisés aussi pour moi maintenant... Oups! La prise de distance avec nos normes de sécurité européennes également !... à Dieu va!... (ou comment comprendre le fatalisme de l'intérieur).

carte Ségou à Mopti MALIroute Ségou à Mopti

La compagnie BINKE Transports s'est posé un défi : la satisfaction de son client !!!... elle le proclame.

7h d'un trajet qui était annoncé pour 5h... Bus chaudière, surtout aux arrêts, fréquents, avec la montée-bousculade bruyante des petits vendeurs de choses à grignoter, style pousses de bambous, bananes ou beignets de mil un rien graisseux ...  Sur la route, l'assistant du chauffeur tient à la disposition des voyageurs, dans une glacière posée à ses pieds, de la glace en gros blocs qu'on se passe de rang en rang dans une méga chope en plastique jusqu'à ce qu'elle parvienne à l'assoiffé(e).
  Démarreur récalcitrant et donc, à deux reprises, cette image étrange, tous les voyageurs hors du bus, éparpillés dans une nature plate et déserte tandis que, sur le ruban rectiligne du goudron, des volontaires s'arc-boutent pour pousser le bus, tantôt à l'avant, tantôt à l'arrière ...photos dans "Mali, pourvu que ça roule 1" (MALI-Transport).

 

Les taxis vous prennent en main !...

Je suis bien arrivée, tout-de-suite assaillie -littéralement- par une horde de taximen qui se disputent âprement la prise en charge du seul toubab du voyage.


"Toubab"... j'entends ce mot à longueur de journée : les enfants m'appellent, souvent pour le seul plaisir d'être salués par moi, digne représentante de la race blanche, mais souvent aussi ... "toubab!... cadeau ?"
A leurs appels, en agitant la main pour les saluer, je réponds "farafin!", "noir d'afrique" en bambara ... d'étonnement, ça en fige quelques-uns dans leur course.
(Et non! je ne donne pas de cadeaux... et n'entamerai ici une polémique avec personne à ce sujet pas plus que je n'entamerai une polémique pour expliquer pourquoi je ne plante pas un couteau dans une plaie).


Ma priorité, tout-de-suite, régler l'intendance ... aucun taximan, et c'est pas faute d'avoir essayé, n'a réussi à me déposséder ni de mes bagages, ni de mon sourire (très précieux, le sourire, dans la plupart des situations... faut penser à en avoir toujours un dans ses bagages, avec un zeste d'humour, c'est encore mieux). Je vais vers un homme calme à l'écart qui n'avait pas jugé bon de me faire pression. Affaire conclue, il me conduit à l'hôtel "Doux Rêves" où j'ai réservé une chambre pour ce soir...Taxi sympa avec qui j'ai le temps de discuter avant d'arriver, il m'a déposée devant la porte de l'hôtel, ce qui n'est pas habituel car accès final difficile par un bout de piste boueuse et défoncée. Il m'a laissé son n° de T. ... temps de discussion égale longueur du trajet. L'hôtel est dans un quartier tristounet, au-delà de la vieille ville, éloigné du port et de la partie vivante de la ville, taxi nécessaire, mauvaise pioche... à changer demain.

 

A réajuster : mes critères "hôtel", vision France moyenne, dépassés...

Chambre "ventilée" austère, propre : le ventilateur au centre du plafond, un lit avec moustiquaire, une table de nuit, 2 patères au mur pour accrocher les habits... une ouverture "fenêtre" au volet de métal; une ouverture "porte" fermée par une grille de fer forgé... rideaux tissés de coton épais pour préserver l'intimité (!)...grilles-portes et volets de fer égalent charnières de fer, qui égalent couïnements, grincements et hantise des portes qui claquent.

Comment ai-je fait aussi pour ne pas avoir remarqué avant, à Ségou ou Bamako, la puissance sonore que peut atteindre ici, sans forcer, une voix mâle dans la discussion ordinaire ?!...(Salif, Mamadou, Amadou...parlaient très doucement, en regardant devant eux, sans croiser le regard de l'interlocuteur, comme pour ne pas l'envahir, ou s'imposer)...
   ...car, dans la chambre qui m'est échue, à la galerie du 1er étage, très exactement au-dessus d'un bureau d'accueil qui n'a rien à envier à la case à palabres, il m'est impossible de l'ignorer. Je vous ai dit quoi, tout-à-l'heure?... sourire et humour?...

!!!... Ouais!... ben!... cette fois... ça va être l'option montée-fulgurante-et-irrépressible-d-adrénaline.
Je déboule dans ce foutu bureau, colère et frustration, et déverse véhémentement mes opinions sur un hôtel qui, je le dis haut et fort, ne mérite pas le nom d'hôtel !!!... COLERE, les grilles!... en guise de portes qui n'isolent de rien,... les ouvertures fenêtres!... qui vous obligent à choisir entre lumière-volet de fer ouvert ou sentiment de sécurité-volet fermé... les gens!... qui hurlent... FRUSTRATION, j'ai rêvé d'un bon lit toute la journée, une nuit grand repos après les 8 jours au campement précaire de KALA et la journée BINKE-Transports passionnante, oui, et épuisante...et, ceux qui connaissent le problème se doutent bien qu'il faut ajouter au tableau... MIGRAINE!... Il faut que je dorme!... tout en moi le réclame. J'ai l'énergie impérieuse que réclame la survie.
Devant moi, deux interlocuteurs stoïques et pas interloqués du tout. Pas de problème... on m'attribue la chambre du bout du bâtiment, la plus calme, on s'arrangera avec ceux qui l'ont déjà réservée... OUF!...même porte, même volet mais plus aucun passage devant, ni de voix tonitruante et, en prime, rez-de-chaussée, fraîche avec ouverture sur une mignonne petite cour joliment décorée dans laquelle les clients peuvent prendre leur petit déjeûner, mais pas avant 8h...ça me va!...douche et D O R M I R...

Résurrection au petit matin, je suis toute neuve, le monde est beau.

Le p'tit déj'... bonheur

Puis changer d'hôtel. Je mesurerai au prochain hôtel, en retrouvant des portes copies conformes de celles d'ici, combien ma diatribe de la veille a pu paraître comique et un rien saugrenue. Estampillée "européenne fraîchement débarquée" !... Quoi que j'ai pu penser de mes capacités d'adaptation et ouverture d'esprit, je reste mentalement encombrée de mes oripeaux d'occidentale, si inconsciemment intégrés que j'en oublie qu'ils ne sont pas normes universelles... et j'y comprends beaucoup du vivre ensemble, socialement parlant, et des représentations de la notion d'intimité ou bulle privée quand des portes/trous sont plus le fait d'un modus-vivendi culturel que d'un souci d'économie.

 

 

Initiation suite : travaux pratiques sur le thème
"y a pas d'problèmes"

Comique ?... je peux faire mieux ... z'allez voir ...

Ce matin 2 janvier, me voilà donc en train de prendre possession de ma nouvelle chambre, dans le 2ème hôtel noté dans mes carnets, l'hôtel...."Y a pas de problème".

HEY!!! ... il me revient soudainement à l'esprit que je suis partie du 1er hôtel sans payer !... par pure étourderie!... et personne n'a eu la présence d'esprit de me retenir !...
  Pourtant, j'ai tranquillement fait mes bagages, roulé mon gros sac cargo jusque dans le bureau, le sac à dos accroché aux épaules, expliqué que sans voiture, j'étais trop loin de la partie vivante de la ville et donc que je partais, rendu la clé et, sans me presser, suis sortie. Ils n'ont pu avoir aucun doute sur mes intentions... Personne ne m'a couru après alors qu'il m'a fallu un certain temps pour tirer le cargo jusqu'au goudron sur une piste défoncée pas roulante pour deux sous. Ensuite, j'ai poireauté un bon moment au bord d'un goudron désert avant qu'un taxi veuille bien passer par là, vérification effective de l'isolement de cet hôtel. Pas plus de réaction.

Bon!... je n'aime pas léser les gens, faut que j'y retourne!... c'est barbant!... mais tant qu'à faire, réglons ça tout-de-suite. J'ai toujours le n° de T. du 1er taxi, l'appelle et quelques minutes plus tard grimpe dans sa voiture racassante.  Je lui explique le problème. Je vois bien qu'il est un peu étonné, non que je sois partie sans payer, mais que j'y retourne pour le faire... réflexion... puis : "c'est bien, tu es honnête. Merci."
  Dans le bureau de "Doux Rêves", la patronne, toubabou, et son associé -je suppose- farafin, sont penchés sur un grand cahier à éplucher leurs comptes quand j'entre. Je leur présente mes excuses. La propriétaire me confie qu'elle disait à l'instant : "c'est le jour!... y a des jours comme ça!" l'annulation d'une réservation pour un groupe s'étant ajoutée à mon impayé.
  Je suis sûre que le prix d'une nuitée, à laquelle s'ajoute un petit déjeûner, représente plusieurs jours de salaire pour chacune des personnes employées ici. Pourtant, aucun des deux que j'ai devant moi, assis nonchalamment sur leurs chaises, n'auraient dépensé le moindre grain d'énergie pour tenter de récupérer au moins ça ... une peau blanche ne passe pas inaperçue à Mopti, on m'aurait facilement retrouvée... téléphoner aux autres hôtels? cela n'a même pas été envisagé. Pas payé ?... c'est noté, pas payé, point. Y a pas de problème. Une chose est certaine, ils ne s'attendaient pas à me revoir.

Le taxi qui m'a ramenée à MOPTI, au moment où je vais pour le régler, ne me demande que le prix de l'aller et me fait cadeau du retour car, me dit-il, ça lui a fait plaisir de transporter quelqu'un d'honnête ... à mon tour d'être surprise.
  J'y ai vu chez lui la conscience vivante, pas abstraite ou éthique comme ça peut l'être chez moi, mais vivante, éprouvée, ressentie émotionnellement, de ce qu'un geste fait à une personne est fait à tous et donc à chacun, qui peut en retour, qu'il soit ou non le bénéficiaire du geste, en remercier l'auteur. Plus tard, en pays DOGON, j'ai été témoin d'une scène où j'ai assisté au même phénomène... je vous raconterai plus loin...

Pour l'heure, installer mes petites affaires, puis faire connaissance avec cette ville. Pour ça, rien de mieux que mes pieds, mes yeux...

...et d'abord, ce qui me fascine, l'eau partout, les îlots, les petites digues ... à suivre


toutes les pages de ce carnet                                         page suivante:
cliquer dans cette icône                                                       MOPTI
ci-dessous:                                            une ville gagnée sur les EAUX
vers_GPS_moptibouton_suite_moptiretour à l'accueil                   
retour accueil                  

retour_gps_mali_transportRetour vers Mali-Transport

 


les PUBS!!!..... colère!

Les pubs ne sont pas voulues par Roots Voyage et retours
Ne plus les voir sur vos écrans ici comme ailleurs sur internet ?

SOLUTION (clic)

 


Posté par amilaba à 12:31 - Commentaires [3] - Permalien [#]

MOPTI... Une ville gagnée sur les eaux

bouton_avant_mopti page précédente
"Bus bourrin, taxi flegmatique, hôtel rêveur..."

 

 

 

Une ville qui vous happe ou vous repousse ...

digue passage pour piétons MOPTI Mali

à 650 km de BAMAKO, sur le NIGER,
là où le fleuve BANI le rejoint sur rive droite,
c'est un agglomérat d'îlots dans une région de marécages,
pour une grande part convertis maintenant en rizières.


MOPTI a d'abord été un village de pêcheurs BOZOS
"les Maîtres des Eaux"

filets et pêcheurs MOPTI Mali

pêche dans la lagune MOPTI Mali vie intense des bords de fleuve MOPTI Mali

prenez donc le temps : clic! dans photos = grande photos = ambiance et détails

Moi, je me suis laissée happer ...

réseau fluvial MOPTI Mali

Les BOZOS utilisaient naturellement
leurs pirogues ou pinasses
pour passer d'un îlot à l'autre ...
Les digues sont récentes, début du XXème s.
Celles pour piétons, abondamment foulées,
ont une beauté émouvante.

passage piétons bois rudimentaire MOPTI Mali chemin de terre entre îlots MOPTI Mali

mendiants sur passages MOPTI Mali

Les digues!...
On me dit d'abord :

"Ce sont les français qui ont fait la digue de 12Km
qui va de SEVARE à MOPTI, c'est vrai!... les français !!
"

... Puis on me parle des souffrances des maliens,
qui ont été réquisitionnés, qui ont travaillé dur,
très dur et pas payés! et que certains y sont morts...
Malgré tout, on me donne cette info comme un cadeau
pour que je puisse être fière d'être française
car, sans eux, sans les français ...

"on peut pas aller en voiture entre Mopti et Sévaré"

La construction de cette digue, une vraie route, a commencé en 1905 pour s'achever en 1922. C'est dire l'ampleur du chantier car la main d'oeuvre ne manquait pas.(jusqu'en 1958, date de son accès à l'indépendance, le MALI fait partie du SOUDAN Français).

Allez, trois mots d'histoire (un extrait d'une page à consulter en totalité ICI ):

"D'un campement de pêcheurs bozo, El Hadji Oumar fit au milieu du XIXe siècle la base arrière de ses troupes guerroyant dans le Macina. Successeur du conquérant musulman, le roi Ahmadou voulu qu'elle fût la ville de la paix et du rassemblement des peuples de son royaume et M'opte, mot qui signifie en peul « le regroupement», deviendra Mopti. La ville remplira alors très vite le rôle d'un creuset de civilisation mais aussi celui d'un centre d'échanges où se rencontrent le piroguier venu du sud et le chamelier descendu du désert. Ayant pris la relève de Djenné, carrefour commercial des siècles médiévaux, Mopti stockait le sel et faisait sécher le poisson pour les troquer contre la noix de kola, le mil et le riz."

C'est sous la colonisation que MOPTI s'est transformée en important port de commerce (sujet et photos dans post suivant). En devenant le pôle central des échanges fluviaux entre le nord et le sud, MOPTI s'est retrouvée en un siècle, par le fait d'une immigration interne, la 3ème ville du MALI, derrière BAMAKO et KAYES...
Ce brassage intense et récent est sans doute ce qui a généré ce que j'ai ressenti à MOPTI comme une vitalité particulière, une sensation de liberté stimulante qui vous charge d'énergie et vous met le moral au beau fixe... Je range cette ville dans ma liste intime de ces lieux bénis où, en voyage, je me retrouve soudainement "comme un poisson dans l'eau"...
Je n'ai jamais eu le sentiment d'y être dans une grande ville ... sans doute du fait que chaque îlot a son identité propre.

Mosquée du quartier Komoguel MOPTI Mali

La mosquée de Komoguel,
un quartier de maisons en banco avec terrasses,
de rues étroites, résidentielles,
mais toujours liées aux fleuves.

Depuis les toits terrasses Quartier komoguel MOPTI Mali

 

Vie quotidienne et balade encore calme ...

lessive en bord de fleuve MOPTI Mali

c'est encor' vrai...clic/photo, en grand c'est bien mieux!

... en contraste avec l'effervescence du port ... à suivre


toutes les pages de ce carnet                                      page suivante :
cliquer sur cette icône:                                            MOPTI, Le port
vers_GPS_moptibouton_suite_moptiretour à l'accueil                      retour accueil                  

 


les PUBS!!!..... colère!

Les pubs ne sont pas voulues par Roots Voyage et retours
Ne plus les voir sur vos écrans ici comme ailleurs sur internet ?

SOLUTION (clic)

 


Posté par amilaba à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 7 mars 2009

MOPTI port ...échanges vitaux

bouton_avant_mopti 
page précédente
MOPTI,
une ville gagnée sur les eaux

 

Au port fluvial, activité évocatrice
d'échanges ancestraux sur de mythiques routes...

Port de MOPTI Mali
clic/photo >>>> wouah !

alors que cette ville est toute jeune...
(voir page précédente)

carte de MOPTI

Aujourd'hui, je vous emmène vers le port.
Depuis l'hôtel "y a pas de problème",(cf carte)
on rejoint très vite les bords du BANI.
Je vais les suivre, jusqu'à l'anse du port, en amont,
et voir diverses activités s'y succéder ...

hygiène des plages côté quartiers chics MOPTI Mali

On commence par une plage prestige ... pas grand monde.
De l'autre côté de l'avenue qui la longe :
administrations... hôtel luxe "Kanaga"... hôpital...
Sur l'autre rive, des huttes de pêcheurs.

Quai des pinasses touristiques MOPTI Mali

En continuant, le coin des pinasses "touristiques"...

Ferry échoué en attente de l'hivernage MOPTI MaliBureaux de la COMANAV Mopti MALI

Tiens! ... une vieille connaissance (voir KALA côté NIGER )
Le "Tombouctou", comme son frère "Kankou Moussa" de Ségou,
s'est assoupi pour plusieurs mois, arrimé à son embarcadère.
Réveil à la saison des pluies, problème de niveau des fleuves.
A lire : un historique intéressant sur la COMANAV (Maliweb) :
"La COMANAV, un géant au pied d'argile"

Pinasses et pirogues sur le Niger MOPTI Mali

Plus loin, les pinasses peuvent devenir touristiques
si le jeu en vaut la chandelle
mais elles sont d'abord et avant tout "publiques"...
ce qui signifie non pas qu'elles sont gérées par l'état
mais que leur fonction est de transporter
maliens et marchandises.
Tarifs très en-deça des tarifs touristiques.
Elles appartiennent à des particuliers.
Sur le fleuve, des pêcheurs, toujours ...

Lavandières et commerce fluvial MOPTI Mali

Ensuite, au-milieu des chargements et déchargements,
un tronçon attribué aux lavandières.
mais si!... mais si!... agrandissez!...
clic! sur les photos... vous verrez rien sinon.

 

é b l o u i s s e m e n t

Dalles de sel en provenance de Tombouctou 1 MOPTI Mali Dalles de sel en provenance de Tombouctou 2 MOPTI Mali
Sel au détail Quais de MOPTI Mali Petits négoces de sel à la décharge du bateau MOPTI Mali
Petits vendeurs de sel en bord de rue Port de MOPTI Mali Sel nouvel arrivage de Tombouctou MOPTI Mali
... presque arrivée à l'anse du port...
cette éblouissante découverte ...
Arrivent de Tombouctou des... dalles de sel !
Des détaillants en débitent quelques, en pavés, à la scie,
assis sur le sol au bord du goudron...
La poudre laissée par la scie est mise en poche, sel fin.

Détaillants sel à la descente du bateau MOPTI Mali Sel en poudre, en morceaux, en plaquettes...MOPTI Mali

Arrive le sel ...
et repartent vers Tombouctou les sacs de mil, de riz...
Les poissons séchés qui attendent
en montagne sous l'assaut des mouches
partiront vers toute l'Afrique
après avoir été mis en ballots rudimentaires...
Mais si je vous dis que le poisson frais fait de même?...
Y a pas de problème !...
"On va bientôt le mettre dans de gros blocs de glace,
mais beaucoup, hein, vRRaiment!" (roulez les R)
... en attendant, le soleil tape.
ci-dessous, au détail sur le marché du port,
les fameux capitaines séchés.

capitaines séchés MOPTI Port MaliPoisson capitaine sec gros plan MOPTI Port Mali

Tout ce va-et-vient me fait profondément ressentir
ce qu'échanges de marchandises signifie encore ici.

Quai du négoce du bois MOPTI Mali Au fond de l'anse du port de MOPTI Mali

Les berges de l'anse du port, c'est donc aussi un marché.
En faisant le tour :
Meubles, yougou-yougou (ces habits récupérés en Europe),
calebasses, nattes...et toujours embarquements et
débarquements, de marchandises d'abord,
puis passagers... comme ils peuvent.
User et abuser des CLIC! dans photos = plaisir des yeux

Lits à quais MOPTI MaliQuais des vêtements Yougou-yougou MOPTI MaliSecteur des vendeurs de calebasses Quais de MOPTI Mali
Calebasses à peine déballées 1 port de MOPTI MaliCalebasses à peine déballées 2 port de MOPTI MaliTous les commerces Quais de MOPTI Mali
Embarquement optimisé sur pinasses marchandes MOPTI MaliFleuves, voies des échanges commeciaux MOPTI MaliEmbarquement marchandises et hommes MOPTI Mali

Tapis de déchets Port de MOPTI Mali

Une vie intense,des couleurs
et la sempiternelle présence des déchets
façon décharge publique très publique.


Vous avez dit ?... DECHETS ?

Panneau éducatif pour la gestion des déchets MOPTI Mali

Comme la plupart des personnes venant de pays dits "développés", je suis d'abord étonnée et très vite agressée par l'abondance des ordures laissées sur le sol... Je ne comprends pas que les gens qui vivent sur ce sol supporte cela, plus, y participent... et j'en suis attristée...

... et puis, à mon retour en France, je tombe sur des infos qui changent ces données... une fois encore, passer derrière le miroir fait apparaître une réalité autre, plus complexe.

Dans ce court et très intéressant document et les cartes qui y sont présentées :
"Le cycle de l'eau et de la terre à MOPTI" de C. MEYNET et E Dorier-Apprill
que je vous invite très vivement à aller consulter, en cliquant sur le titre souligné,
je découvre que ces couches successives de déchets ménagers mêlés à de l'argile servent de remblais, ce qui a justement permis le gain de terres sur l'eau dont il est question dans la page précédente.

Déchets et remblais, terre future MOPTI Mali

Citations (extraits du document cité) : "La ceinture de déchets n'est pas constituée de dépots anarchiques : elle est organisée et fonctionnelle...
..."L'accumulation des ordures par les migrants installés sur les berges crée du sol à bâtir et constitue de nouvelles réserves foncières pour les notables."

La surface des choses est parfois bien trompeuse. à suivre...


toutes les pages de ce carnet                                     page suivante :
cliquer dans l'icône ci-dessous:                         récup' et chantier naval
vers_GPS_moptibouton_suite_moptiretour à l'accueil                
retour accueil               

 


les PUBS!!!..... colère!

Les pubs ne sont pas voulues par Roots Voyage et retours
Ne plus les voir sur vos écrans ici comme ailleurs sur internet ?

SOLUTION (clic)

 


Posté par amilaba à 23:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

MOPTI... marché, chantier naval, récup et débrouille

bouton_avant_moptiPage précédente
MOPTI-Port,
échanges vitaux

 

 


Dans cette page :

 

Près du port, un marché

Mopti, marché du port, Mali

Les échoppes y dessinent des rues.
Epices, condiments et feuilles séchées...

épices et condiments, marché du port MOPTI Mali

parmi lesquelles, les indispensables boulettes
de tabac à chiquer

tabac à chiquer Marché du Port MOPTI Mali

Ah! tant que j'y pense, vous n'avez pas perdu de vue que
CLIC! dans photos = grandes photos ? Vous y gagnerez beaucoup...

... et les feuilles de BISSAP!!!
Le bissap!...belle rencontre !...
Photos dans une page rien que pour lui,
après celle-ci, je vous y donne les recettes.

poissons secs Marché du Port MOPTI Mali poissons frais Marché du Port MOPTI Mali

... des poissons secs... frais... et des cantines

Cantine Marché du Port MOPTI Maliles cuisinières Marché du Port MOPTI Mali

fourneaux et chaudrons des cantines MOPTI Mali    Maxi chaudron Cantine du Port MOPTI Mali

 


 

Un chantier naval à MOPTI

Stock de planches Chantier Naval MOPTI Mali
Forgerons et menuisiers Chantier Naval MOPTI MaliContre-maître et ouvriers Chantier Naval MOPTI Mali
un forgeron Chantier Naval MOPTI Malil'enfant soufflet Forges d'un Chantier Naval MOPTI Mali
La Forge et le Thé Chantier navalL MOPTI Maliclous forgés issus de boîtes de conserve Chantier Naval MOPTI Mali
petit rappel : CLIC!/photos >>>>>> super!...c'est beau!

Sciages, clouages, collages qui semblent approximatifs...
calage, pressage avec des blocs moteurs de récup...
et au final, les élégantes pinasses.
Sur place, assis sur le sol,(CLIC! dans 2ème photo)
des forgerons façonnent les clous...
des morceaux de métal prédécoupés en triangles
dans des boîtes de conserve...

matière première boîtes de conserve Chantier Naval MOPTI Maliclous forgés sur place Chantier naval MOPTI Mali

...et entre 2 lots de clous...

poinçons et fourche à détresser les cheveux forgés au Chantier naval MOPTI Mali

des poinçons ouvragés,
des fourches à détresser les cheveux,
... et se faire un peu d'argent.


 

Récup et débrouille

Les bidons ne sont pas bidons!

Bidons multicolores MOPTI Mali

 

 

malles, vaisselle et ustensiles issus de bidons MOPTI Maliallée des artisans récupérateurs ferrailleurs MOPTI Mali
Braseros et ustensiles en bidons recyclés MOPTI Maliarrosoirs en métal bidons MOPTI Mali

 

 

Atelier d'artisan ferrailleur MOPTI Mali
c'est tellement mieux en plus grand!... cliquez donc!...

Voir les objets prendre corps dans ces mains.
Braséros, poêles, ustensiles ...
plats à alvéoles pour beignets de mil...
malles décorées...
et les sons, le martèlement du métal...
j'ai pas mal traîné dans cette rue.

 


... et tout naturellement, ma curiosité s'est laissée séduire par les "petits métiers"...à suivre...


toutes les pages de ce carnet                                       page suivante :
cliquer dans l'icône ci-dessous:                     Le BISSAP ...quelques recettes
vers_GPS_moptibouton_suite_moptiretour à l'accueil                
retour accueil               

 

 


les PUBS!!!..... colère!

Les pubs ne sont pas voulues par Roots Voyage et retours
Ne plus les voir sur vos écrans ici comme ailleurs sur internet ?

SOLUTION (clic)

 


Posté par amilaba à 19:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Le bissap... quelques recettes

bouton_avant_moptiPage précédente :

MOPTI
Marché, chantier naval
récup et débrouille.

 

 

Le Bissap!... mmmh!

Boisson rubis que je n'ai goûtée qu'à mon retour du pays Dogon... un délice!...

Hibiscus Sabdariffa, la fleur pour bissap

Mon guide sur les falaises Dogon  promettait de me faire connaître cette boisson en soulignant bien le fait - dois-je le croire? - qu'il n'en prépare pas pour tout le monde, ça non!... mais spéciale attention pour ceux qui lui sont sympathiques, ceux à qui il a envie de faire plaisir... Vous avez de la chance, je suis parmi les élus.

La photo ci-dessus, je l'ai empruntée à Wikipédia... Ben...Quand j'étais en pays Dogon, Oumar, le guide, m'a montré plusieurs de ces arbustes durant nos marches dans la vallée mais ils n'étaient pas en fleurs. Il aurait bien voulu que je lui en donne le nom français mais, pas douée en botanique, n'ai pas su alors. Maintenant, je saurais, ...google a cafté quand j'ai tapé "bissap". Ce mot est le nom de la boisson, et la plante, c'est un hibiscus!... c'est-y pas magique ?... L'Hibiscus SABDARIFFA, c'est son nom officiel.

fleurs séchées pour le bissap

Avant, j'avais déjà remarqué au marché de Mopti ces fleurs séchées à l'allure griffues, des "blanches" assez vertes qui sont utilisées dans des sauces et ces grenat sombre avec lesquelles on fait le fameux bissap.

Pour la recette que j'ai adoptée, je reprends les bases données par Oumar, mais diffère en ne mettant pas(ce qu'il fait) la menthe à bouillir et en servant le bissap frais, très frais.


Anecdote : Quand Oumar, le guide, disait qu'il me ferait au retour une théière de bissap, je comprenais "naturellement" qu'il la préparerait lui-même... encore une perception estampillée "toubab"!...

En réalité (malienne), ça s'est passé ainsi:
Le lendemain de mon retour à Mopti, Hôtel "y a pas de problème", Oumar m'annonce qu'il m'invite à goûter enfin ce bissap. Nous passons au marché où il achète rouges fleurs séchées, menthe et gingembre.  Par un dédale de rues terreuses, il me conduit jusqu'à une impasse organisée comme une concession. Les quelques petites maisons-cases de banco éparpillées autour de cette impasse abritent des membres de sa "famille" me dit-il, (famille étant un mot dont je sais bien n'avoir pas encore saisi toutes les nuances maliennes)... Aussi, dés que nous entrons, deux filles encore enfants et une vieille femme viennent le saluer avec respect en lui baisant la main... Oumar se déleste de ses achats dans les mains d'une enfant, trois mots et la voilà partie en courant à l'intérieur d'une case-maison. Nous, nous seuls nous installons à l'ombre, dans des fauteuils, sous l'auvent de la maison qui ferme l'impasse, excellent poste d'observation des activités des uns et des autres... L'enfant revient, toujours courant, le gingembre broyé dans un pilon, la menthe lavée... repart... revient avec théière pleine et sucre... puis briquet... rapproche la petite bouteille de gaz... c'est bon!...

"Préparer" commence là. Sans avoir à bouger de son fauteuil, mon hôte peut mettre gingembre, menthe et bissap à bouillir, sans oublier une dose conséquente de sucre... La boisson rouge glougloute, fait tressauter la théière et s'échappe du bec verseur joyeusement ... 5 minutes ainsi, et je goûte enfin, en pleine chaleur de milieu de journée, un bissap brûlant qui séduit instantanément mes papilles...

... quant au partage des tâches... je ne tire pas encore de conclusions... je sens qu'il y a des raisons profondes, qui circulent sous les règles sociales, que je n'ai pas encore percées et pour lesquelles les grilles d'interprétation dont je dispose ne sont pas adaptées... comme une géométrie souterraine dont la principale fonction serait peut-être de ne laisser personne à l'écart ?...


 

Bissap/ Recettes

Recette 1:celle qui me vaut un beau succès auprès des amis
car... chanceuse, habitant Bordeaux, je peux trouver ces fleurs séchées dans les épiceries africaines près des Capus.

mes ingrédients pour le bissap

Pour une théière :

  • un morceau de 1 à 1,5 cm de gingembre frais
  • un petit bouquet de menthe fraîche
  • 12 à 16 morceaux de sucre
  • une poignée de fleurs séchées de bissap

+ Je mets à bouillir eau, bissap et gingembre pilé (pour piler le gingembre très filandreux, je le hache puis j'utilise un presse-ail).
+ Quand la préparation arrive à ébullition, je la laisse encore sur le feu 5 petites minutes.
+ Puis, hors du feu, j'ajoute d'abord le sucre (et oui!... enseignement des berbères au Maroc, ça "casse" la chaleur et évite de "tuer" la menthe) et puis la menthe. ...et je laisse infuser une heure.

Puis, filtrer, laisser refroidir et mettre au frigo...
On obtient ainsi une boisson délicieusement parfumée, subtilement acidulée et d'une couleur!... d'une couleur!...que c'en est un pur moment de beauté.

bissap boisson

Il m'est arrivé d'allonger ce bissap avec un jus de pomme (pur)... ça se marie plutôt bien...


... et figurez-vous qu'une fois à Bordeaux, je me rends compte que mon amie Marie-Anne connaissait déjà le bissap sous le nom Karkadé qu'on lui donne en Egypte... qu'un sénégalais en fait LA boisson sénégalaise... un burkinabé, LA boisson burkinabé...et qu'il existe autant de recettes que de préparateurs...

Alors voilà, je vous livre ce que j'ai récolté, vous ferez vos essais...


Recette 2
à la vanille et fleur d'oranger

Ingrédients :
1l d'eau
1 tasse de bissap rouge rincé
sucre
1 gousse de vanille fendue en deux
1 pincée de muscade
1 cuillère à soupe d'eau de fleur d'oranger

préparation :
Faire bouillir bissap et eau un bon quart d'heure. Laisser refroidir. Retirer le bissap. Ajouter à ce jus sucre, muscade et eau de fleur d'oranger. Mettre au frais au moins 5 h.


variantes

certains préfèrent arrêter la cuisson dés l'ébullition, d'autres baissent le feu après l'ébullition et continuent à feu doux (toujours couvert).
la recette de base utilise le bissap seul.

on peut ajouter :

 

  • du jus d'ananas. Dans ce cas, léger sur le sucre.
  • gingembre
  • gingembre + cannelle
  • vanille
  • jus de citron vert + un peu de zeste avant de mettre au frigo
  • alcool : essence de fraise, essence de banane.....

Gelée: donne une confiture un peu acidulée.

Faire un concentré du jus. Ajouter sucre puis gélatine.


ASTUCE:
Avec les fleurs infusées qui sont à jeter,
les mettre dans une cuvette avec de l'eau. Y mettre argenterie, cuivre, or, bagues... (pas de fer). Frotter légèrement.


toutes les pages de ce carnet                                        page suivante :
cliquer dans l'icône ci-dessous:                           Mopti, les petits métiers
vers_GPS_moptibouton_suite_moptiretour à l'accueil                
retour accueil               

 

 


Posté par amilaba à 15:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Mali-MOPTI... Les petits métiers

bouton_avant_moptipage précédente:
recettes de Bissap

 

 

 

à Mopti comme ailleurs au Mali...

coiffeur n°1 MOPTI Mali

... les panonceaux savent parler à la clientèle
Chez Plateau, coiffeur n°1... On y court !...
J'ai vu ailleurs un tailleur se revendiquer
"le DIOR du Mali", sacrée référence sacrée,
en lettres capitales sur la porte de sa boutique.
Ci-dessous, on se contente d'afficher son savoir-faire.

enseigne d'une boutique de tailleur MOPTI Mali     atelier du tailleur MOPTI Mali

Il faut vraiment-absolument-impérativement cliquer dans chaque photo...
pour V O I R les choses en G R A N D.

Installé sur le trottoir, le tailleur ci-dessous
habille de tissus mousseux...
les sièges des mob's et motos, sa spécialité,
et éventuellement peut vous recoudre un sac.

collection de housses de sièges motos MOPTI Mali tailleur spécialisé 2 roues Mopti Mali

Mais faisant cela, il prend le boulot d'un autre,
ça lui plait pas trop...


Car il existe de vrais pros du retapessage des sacs. J'en ai croisé beaucoup... Ils circulent en silence parmi les gens en attente dans les gares de bus, de trains ou dans les files aux guichets d'achat des billets. Regards à hauteur de bagages, ils traquent la fermeture éclair défaillante, l'anse traîtresse, le sac béant ou maladroitement ficelé. En collier sur une ficelle, un assortiment de boucles, anneaux, fermetures éclairs, glissoirs de ces fermetures... Outils : des petites pinces, des aiguilles, du fil. Bagage amoché repéré, 3 mots discrets et pour quelques pièces, réparation instantanée.


 

enfant vendeur ambulant MOPTI Mali  vendeur ambulant cheiches MOPTI MALI

Ambulants, les vendeurs d'un seul article...
ensembles enfants, cheiches, colliers, CD...
Autour du port.

les lavandières MOPTI Mali

Nous les avons déjà rencontrées, les lavandières.

*******

D'autres métiers de femmes, les petits plats
de bord des routes, à manger vite fait,
assis sur un banc de fortune...

resto-gril de rue MOPTI Mali

les beignets, les galettes...

vendeuse de beignets au marché MOPTI Mali

et les buvettes à la sauvette,
aux mystérieuses boissons de couleur
en sachets de plastique noués.

boissons sachets MOPTI Mali

Ah, ben oui!... je le redis: CLIC/photos!
Agrandissez et c'est comme si vous y étiez!

Si je me suis nourrie très souvent aux petites "tables" des bords de route, de plats parfois très bons, souvent pâteux et toujours graisseux, je n'ai malgré tout jamais osé tester ces boissons qui vous sont proposées jusques dans les bus aux arrêts...et qui vous semblent alors très rafraîchissantes...

*******

Revenons à des métiers plus virils
dans les rues de terre-poussière rouge

tanneur de peaux d'iguanes MOPTI Mali

Le tanneur de peaux d'iguane

fabricant de tamis MOPTI Mali graveur sur poteries MOPTI Mali

atelier tamis MOPTI Mali poteries évènementielles MOPTI Mali

Les fabricants de tamis et les graveurs de pots mémoires.

*******

...et puis, des boutiques

télé-boutique MOPTI Mali

Supper Cominication

collection numérique MOPTI Mali

Trophées du garagiste...

côté gauche garagiste ferrailleur MOPTI Mali côté droit garagiste mécanicien MOPTI Mali

...mi-Ferrailleur...      ...mi-mécanicien.   

pièces détachées auto toutes marques MOPTI Mali bleu de travail du pro MOPTI Mali

... et l'autorité des mots.
ch'uis plus là pour actionner le projecteur-diapos...
Cliquez donc dans les photos, c'est mieux plus grand!...

*******

...et pour la faim, je vous ai gardé ceux-là,
métiers?... pas vraiment, mais... présents.

griots MOPTI Mali mendiants MOPTI Mali

Griots           Mendiants


toutes les pages de ce carnet                                         page suivante :
cliquer dans l'icône ci-dessous:                       FATOMA, zébus et bergers peuls
vers_GPS_moptibouton_suite_moptiretour à l'accueil                
retour accueil               

 

 


les PUBS!!!..... colère!

Les pubs ne sont pas voulues par Roots Voyage et retours
Ne plus les voir sur vos écrans ici comme ailleurs sur internet ?

SOLUTION (clic)

 


Posté par amilaba à 11:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

FATOMA ... zébus et bergers Peuls (Peulhs, Pulaar)

bouton_avant_moptiPage précédente:
Mali MOPTI...
Les petits métiers

 

à FATOMA, à 12 ou 13 km au Nord de Mopti,
se tient le marché au bétail le plus important de la région.

FATOMA marché aux ovins Mali

Je suis allée à FATOMA au retour d'une semaine en pays DOGON... [d'accord!...mes pages zig-zaguent dans la chronologie... Mais le pays DOGON, c'est tellement un monde en soi que j'en ferai le sujet d'un carnet spécial après celui-ci consacré à la région de MOPTI]...

Mon guide Dogon m'avait parlé de ce marché quand nous croisions des troupeaux et leurs bergers Peulhs au pied léger. J'avais très envie de le voir... Donc, "bâchée" de Mopti à Sévaré (pour les moyens de transport, voir "Mali, pourvu que ça roule "), puis "taxi-brousse" jusqu'à FATOMA, j'ai trouvé place facilement dans les véhicules, c'est jour de marché, c'est tôt, les départs sont nombreux.

 

FATOMA tous véhicules Mali

parking du marché FATOMA Mali
Vous ne cliquez pas sur les photos pour les agrandir?... quel dommage!...

Je laisse derrière moi parking, marché aux moutons et chèvres et, fascination, cherche le marché aux zébus... Pour les avoir quelquefois croisés, en troupeaux dans la vallée au pied des falaises Dogons, leur image qui me bouleverse et m'apaise à la fois s'est inscrite dans ma tête. J'ai aussi, gravées dans mes émotions, les silhouettes fluides, minces et étonnamment grandes des bergers Peuls, et leurs mouvements gracieux dans leurs habits voiles que le vent fait vibrer. A les voir marcher dans la brousse, on peut se demander si leurs pieds touchent vraiment le sol.

... En approchant de l'aire qui est réservée au marché des zébus, je suis tendue comme un arc de bonheur et d'impatience... une excitation qui me tenaille les côtes...

Nous approchons...

collections Hommes et montures FATOMA Mali

J'entre dans le vaste enclos... en me glissant entre deux troupeaux qui déboulent dans un nuage de poussière.

FATOMA troupeau poussière Mali

S'il existe un marché des femmes où se vendent lait, oeufs, volailles... le marché au bétail est tacitement occupé uniquement par les hommes. Me voici de nouveau dans cette situation déjà rencontrée au cours de mes voyages quand un intérêt m'y pousse : seule femme dans un univers masculin... doublé ici de seul toubab. Malgré tout, eux comme moi, chacun étant entièrement occupé à ce pourquoi il est là, et chacun respectant l'autre, personne n'y a senti la moindre gêne ni incongruité.

 

L'arrivée des zébus FATOMA Mali
Jeunes zébus FATOMA Mali
Bêtes à cornes FATOMA Mali
Soyez pas vaches, faîtes-leur honneur... CLIC!/photos>>> wouah!

zébu gris FATOMA Mali

 


 

Vendeurs, acheteurs ou simples pasteurs...P E U L S

Bergers Peuls FATOMA MaliPeuls silhouettes FATOMA Mali
Peuls vert et bleu FATOMA MaliBergers Peuls mouvement FATOMA Mali

bazin ballon FATOMA Mali

*******


et maintenant, la Vente

D'abord, regrouper les bêtes par lots
Isoler un lot de bétail FATOMA Mali

lot de zébus à vendre FATOMA Mali

Puis, attendre...sous bonne garde

Bêtes inséparables FATOMA Maliphoto de...lot FATOMA Mali

Les acheteurs potentiels prospectent...

jauger les bêtes FATOMA Mali

... évaluent

Beau bétail ? FATOMA Mali

... négocient...

négociations Marché au bétail de FATOMA Maliaffaire en cours Marché au bétail de FATOMA Mali

marché conclu?... poignée de mains.

marché conclu FATOMA Mali

... et payer.

paiement comptant FATOMA Mali

transactions de la main à la main FATOMA Mali

En deux heures, trois maximum, des troupeaux ont changé de mains.
De l'argent, beaucoup d'argent a circulé...
L'activité tombe, pause à l'ombre
Bergers, propriétaires et courtiers mêlés,
... et ces toutes simples sacoches de cuir
qui transportent les fortunes.

repos du berger FATOMA Malichapeau tabatière peul MALI
Le fameux chapeau paille et cuir des bergers peulhs
super pour planquer au sommet la boulette de... tabac à chiquer.

Maintenant qu'on est disponible,
on peut entrer en relation avec moi :
Dis... fais-nous une photo, les enfants, venez ici!
De nous ensemble, s'il te plaît?
... et tu peux nous la donner?... discussion.

les hommes de la famille FATOMA Mali

J'ai pris les indications sur mon carnet de poche, un commerçant à qui je peux la laisser à Sévaré, Sékou LANDOURE... en fait, je tirerai une petite dizaine de cette photo que j'enverrai de France à Oumar Tembely, le guide du pays Dogon, à charge pour lui de faire suivre...

Un fil ténu peut avoir plus de fiabilité qu'un cable.

Pour plus d'infos sur ce marché, faîtes donc un saut dans cette page de l'ami Alex "Mardi, dans l'arène de Fatoma", sur le blog "Le Dit du Magot", toujours bien documenté.


toutes les pages de ce carnet                                       page suivante :
cliquer dans l'icône ci-dessous:                               Mali ...sur la route
vers_GPS_moptibouton_suite_moptiretour à l'accueil                
retour accueil               


Posté par amilaba à 07:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Mali, sur la route...

bouton_avant_moptiPage précédente:
Fatoma
zébus et bergers Peuls

 

 

Dans cette page :

La relation particulière au temps du quotidien ... pas le tien sans doute, ni le mien, mais celui des maliens, certainement oui... réalités... et débrouilles.  Un peu de ce qu'on rencontre un jour ou l'autre si on privilégie, question transport, les ressources locales... Savoir construire ses déplacements en fonction des opportunités exploitables.

(J'ai déjà présenté les différents véhicules que j'ai utilisés dans la page "Mali pourvu que ça roule")

 

ATTENTES...

ET AUTRES PETITES CHOSES...

 

attente de véhicule sur le plateau Dogon Mali
Clic! dans fôtos >>>>> G R A N D E S photos = + beau!!!

Attendre, je l'ai fait souvent... le temps ralentit, laisse de la place pour que s'installent des moments incongrus, parfois privilégiés et marquants...

Dans cette page, quelques exemples de ces moments, piochés à diverses étapes du voyage...

 

Bricoler son acheminement
Patience et réactivité

Un exemple : de Mopti, je veux aller à Djenné, présentée un peu partout comme la plus belle ville du Mali.

Rentrée de mon séjour aux falaises de Bandiagara (Pays Dogon, sujet d'un prochain carnet), je fais de nouveau appel au guide Dogon dont j'ai été satisfaite pour aller à cette ville joyau inscrite au patrimoine mondial depuis 1988.

Négociations... Non seulement je suis d'accord pour ce qu'implique "prix d'ami", à savoir débrouille pour les moyens de transport, à la même enseigne que le tout un chacun malien, mais c'est justement ce que je souhaite... Je vais pas être déçue!...

carte Mopti Fatoma Djenné situation région Mopti

Donc, lundi 14/01/08, à Mopti, nous prenons un bus partant pour San (201km au Sud, N6)... mais, astuce, pas à son point de départ!... un peu plus loin, à un carrefour où nous l'avons attendu, stratégie assez commune qui a permis au guide, Oumar, de pouvoir négocier avec profit "discrètement" sur les prix des billets.
A 90km de Sévaré, le bus nous laisse à un embranchement d'où part une petite route sur la droite vers Djenné (à encore 29km).

Traque au taxi-brousse Carrefour vers DJENNÉ Mali

Pour les détails des photos, clic! dedans, elles vous dévoileront tout.

Voilà ce carrefour, sur la photo ci-dessus. La route vers Djenné est dans mon dos. A droite, la N6 vers SAN...

Maintenant, y a plus qu'à...

Oui, mais...nous sommes plusieurs. Aussi, dés qu'un taxi-brousse apparaît au loin, c'est au premier arrivé ... Il y a bien des "bâchées" en attente sur le bas-côté, mais qui ne voudront partir qu'archi-bourrées (mode d'emploi des "bâchées", mes chouchous, à lire dans "Mali, pourvu que ça roule"). Bien que plusieurs, nous ne sommes pas encore assez nombreux pour remplir une "bâchée".

Heureusement, l'interception des possibles véhicules est facilitée par la présence d'un "barrage", à l'entrée de cette route vers Djenné.

Sur le bas-côté, à l'arrêt, taxis-brousses et bâchées en attente de faire le plein...


Barrages !...

Barrage militaire à l'entrée de la route pour DJENNÉ Mali

... Là aussi, image souvent rencontrée. Quelques bidons cabossés peints en rouge et blanc, 2 ou 3 militaires, souvent assis à l'ombre d'une cahute. Je n'en ai jamais bien compris l'utilité. Il s'en dégage quelques fois, dans des lieux perdus et déserts, une drôle de sensation, mélancolie, absurdité et solitude...

voir l'album Sur le fil de l'attentealbum-photo ''Mali, sur le fil de l'attente'       


Route vers Djenné...(suite)

... Pas de chance!... soit les taxis sont déjà pleins, soit ils continuent vers San.

Ou alors ce sont des 4x4 avec chauffeur, loués par des "touristes", avec des places libres dans ceux-là, mais non négociables. (J'ai tenté 2 ou 3 fois de m'adresser directement aux clients, les "non" ont été catégoriques, malgré ma proposition de participer aux frais... OK, je ne veux ni casser le commerce ni empêcher le client de jouir benoîtement des privilèges qu'il s'est payés... ).

Donc... pour aller à DJENNÉ..... patience.............................

... et c'est dans ces moments de disponibilité que...


         le presque rien...

               d'étranges choses...

 

Ces panneaux saugrenus en situation au carrefour...

presque rien Route vers DJENNÉ Mali  jet-set égarée vers DJENNÉ Mali

Vous pensez à cliquer dans photos?... ça agrandit, c'est fait pour.
Centre culturel Beigbeder!... des français apprécieront... Pour les autres, ch'uis pas certaine que la notoriété du bonhomme, bo-bo jet-set accessoirement écrivain, soit si grande.

Auprès du bac, je n'ai pas su repérer le grand centre culturel annoncé. Brousse.

... et l'ironie dans la débrouille...

à l'ombre du Périmètre Horticole Féminin vers DJENNÉ Mali       Les subventions ont-elles eu des effets pour l'horticulture au féminin?... Une partie au moins de ces subventions est utile aux femmes, celle qui a payé ce panneau ... Des marchandes de légumes, ail et oignons surtout, s'y abritent du soleil entre deux passages de voitures... et c'est pas du luxe(clic  dans la photo pour agrandir, vous comprendrez...).

 


Allez on y va!... on s'arrache du carrefour... 

Dans l'attente du bac pour Djenné Mali Taxi, berline blanche, le chauffeur, un ami d'Oumar, ça aide!... en route pour le bac qui traverse le fleuve Bani quelques kms avant Djenné et ....

Au bac... attente, encore, mais de centre culturel ?... point!
Sur la photo, marqué de rouge, mon taxi.

Panne taxi-brousse à l'entrée du bac vers DJENNÉ... petite panne, juste à l'entrée du bac, de mon très beau taxi, panne réparée sur le tas...avec la patience indifférente de chacun autour.    

...et tiens !... en attendant, humour, je retrouve ici une dame qui m'avait dit "non!" à la portière de son fourgon... les derniers ayant rejoint les premiers. Comme quoi... se dit la tortue en laissant filer un sourire...      


Attendre.... et y prendre goût...

 

Carrefour perdu de la piste pour Tireli, plateau Dogon Mali

Un plateau... plat!

C'était quelques jours avant...
Sur le plateau Dogon,
vaste étendue à droite, à gauche, devant, derrière.....

C'était au retour de 8 jours passés dans les falaises Dogon. A Sangha, Oumar, le guide, m'avait laissée chez son neveu, directeur du collège, chez qui nous étions hébergés pour la nuit. Pendant que je me reposais dans une cour bien fraîche, repos bienvenu après la remontée des falaises en pleine chaleur, Oumar a fait un saut jusqu'à un hôtel pour toubab. Son espoir, trouver un véhicule tout confort pour Bandiagara pour le lendemain... un fringant 4x4 qui reviendrait à vide après avoir déposé ses clients

Possibilité de négocier avec les chauffeurs des 4x4 sur des retours à vide, pourvu qu'on soit discret ....

ça marche !... deux 4x4 confort doivent revenir de Tireli à Bandiagara au matin après avoir déposé leurs clients. L'un d'eux nous prendra. Petits plus pour le chauffeur dont la course est déjà payée, grand plus pour moi, prix douceur.  Seule contrainte, se débrouiller pour aller jusqu'à ce carrefour, sur la photo, où la piste venant de Tireli rejoint celle qui va de Sangha à Bandiagara... Au petit matin, transfert sur deux de ces fameuses petites motos dont je vous ai déjà parlé (voir : MALI-transport, débusquées par le guide dans le village et facilement disponibles contre dédommagement négocié avec leurs conducteurs... Acrobatique sur les pistes défoncées de sable instable, vitesse excessive, freins aléatoires, siège mal fixé, pas de repose-pieds et sac sur le dos.

Ensuite, attente dans grand silence et immensité..... superbe...

Et j'apprécie de retenir encore un peu de ces quelques jours en pays Dogon que je n'ai pas envie de voir finir...

4x4 confort d'emprunt et débrouille Mali... plus tard, sur la piste ... bien installée dans le siège le plus confortable de mon voyage, bonnes suspensions...

La petite silhouette à la hauteur du 4x4  devant, c'est un enfant ... il vend des petites figurines représentant les masques des danses Dogons, faites de morceaux de tongs usagés... je les trouve belles.

D'autres gosses avec d'autres figurines affluent, on se demande bien d'où, quand je veux lui en acheter.

 

masque bleu Dogon en plastique tong Malimasque multicolore Dogon en plastique tong Mali

 

Attendre ... et maintenant qu'on s'y est fait,            
(je ne vais pas me plaindre, c'était ce que je voulais, connaître, expérimenter...)             
allez... une petite dernière pour la route...

attente taxi-brousse à Bandiagara MaliRetour du Pays Dogon, suite...
A Bandiagara
!... Pour aller à Mopti, vous le saviez, vous, que c'est à ce banc-là, précisément, bien après la sortie de la ville, direction Mopti-Sévaré que l'on s'installe pour attendre un possible taxi-brousse ?... ben si!... (derrière les lunettes, le guide, Oumar, qui rentre à Sévaré).

... On attend et on s'organise, on papote, on y fait le thé, la sieste...  d'ailleurs, là, de l'autre côté de mon appareil photo, je suis allongée par terre sur une natte qu'on a insisté pour me laisser....

moto sieste Bandiagara Mali

 

C'est du même endroit que j'ai pris ... celle-ci....

 

 

 

 


retour Djenné...(on reprend)

La PANNE

Revenons à Djenné, le retour en fin de journée (pour la journée, ce sera dans la page suivante). J'ai pris mon temps aussi, il commence à se faire tard, les véhicules se raréfient. D'abord, rejoindre N6 dans un fourgon ...N6, un taxi revient à vide vers Mopti... Oumar, le guide, l'intercepte... c'est parti! ça racasse dans la mécanique mais j'apprécie d'avoir pu partir si vite...

La suite va tourner vinaigre...

La nuit ici tombe rapidement... premier constat, ce taxi roule pratiquement sans phare, juste une infime lueur au-devant du capot.
Deuxième constat, avec ce peu de visibilité, ce taxi roule trop vite... Lui faire entendre raison, impossible! il connaît son boulot! pas de problème !...et descendre maintenant?...peu de chances de trouver un autre véhicule.

En chemin, une femme sur le bord de la route hèle le taxi et se joint à nous.

Un attelage, cheval et charrette chargée, sans lumière ,trottine au-milieu de la route. On ne le voit qu'au dernier moment. Freinage en catastrophe et colère du chauffeur contre le paysan qui ne connaît rien au code de la route (!)... Lui, bien sûr, n'a aucun tort...

... et arrive ce qui devait arriver. Soudain, grand choc-secousse-bruit... le taxi fait un bond et nous avec : le gros trou, l'ornière vue trop tard pour être évitée. ... Ouf!...après la surprise, hilarité dans le taxi... sauf moi, je suis bien la seule à m'inquiéter. J'imagine assez la suite... on roule.
Mais seulement une quinzaine de Kms. Roue crevée... vous êtes surpris?...moi pas. Ce que je n'avais pas imaginé, c'était l'absence de roue de secours. Pas de Problème!... Le chauffeur téléphone à un ami qui va nous l'amener la roue de secours... et en attendant, goûtons donc à cette grosse pastèque qu'il sort de son coffre.

 

panne taxi et pastèque partagée 1 Malipanne taxi et pastèque partagée 2 Malipanne taxi et pastèque partagée 3 Mali

pour toutes les photos, cliquer dedans pour V O I R

... attente... nous sommes à 30kms de Sévaré ... 1 heure passe... renseignements pris, l'ami doit venir en petite moto... mais n'arrive toujours pas. Oumar, le guide se fâche, essaye d'obtenir un autre véhicule au Téléphone... mais puisque tout va s'arranger, pourquoi lui enverrait-on un autre véhicule ?

...et puis pour tout vous dire, entre-temps, le chauffeur et la dernière passagère se sont trouvés des occupations bien plus intéressantes que de se prendre la tête si j'en crois les rires et les chuchotements qui me parviennent des hautes herbes.

Finalement, nous les laissons-là... on avance sur la route... tenter de se faire prendre par un des véhicules qu'on voit encore passer, essentiellement des camions ou de rutilants 4x4 spécial touristes. Aucun ne s'arrête... On continue à marcher ainsi quelques kilomètres... J'envisage de T. à un taxi de Mopti qui me fera certainement payer le prix fort quand un tout tout petit 4x4, conduite anglaise, s'arrête. Chargé jusqu'à la gueule... un jeune couple, lui anglais, elle espagnole et parlant français... Ont un peu craint, tous deux, avant de s'arrêter, mais l'étrangeté de la situation, une blanche sur ce bord de route à la nuit tombée leur a fait pressentir qu'on devait avoir un petit problème... Ils vont à Mopti!...Youpi!... Ils voudraient trouver un hôtel!... alors là... Pas de problème!... Ils se serrent et nous font une place, en s'excusant de ne pouvoir plus. J'ai donc fait la route jusqu'à Sévaré, où nous avons laissé Oumar, assise du bout des fesses sur un de ses genoux, nécessité fait loi. Puis, la longue digue jusqu'à Mopti et j'ai conduit mes sympathiques sauveurs à l'hôtel... "y a pas de Problème"!!... où j'ai, ça tombe bien, ma chambre. Pfuit!... dormir...

Evidemment, pour moi, il ne fait aucun doute que le chauffeur du taxi est totalement responsable de la galère dans laquelle il nous a mis.

La perception de Oumar, aux explications imprégnées d'animisme, est très différente. Je vais le comprendre quand je lui ferai visionner les photos prises cette nuit-là. Lui faire admettre que la crevaison découle du passage à grande vitesse dans l'ornière, qui découle de la défaillance des phares , il n'y faut pas compter tant il est persuadé que les ennuis ont commencé après l'arrivée de la dernière passagère. Cette femme a le mauvais oeil, il l'a senti tout-de-suite... et d'ailleurs, comment j'explique que nous soyons tous sur les photos sauf elle?... sur aucune! c'est bien un signe!...
que cela ait pu relever de mon choix est irrecevable pour lui.


Je ne peux clore ce chapitre sans:

les petits postes à essence ...

poste d'essence à Siby Mali

Vente au bidon ou à la bouteille ...

poste d'essence en bord de route Mali

 


toutes les pages de ce carnet                                       page suivante :
cliquer dans l'icône ci-dessous:                         DJENNÉ, le bac sur le BANI
vers_GPS_moptibouton_suite_moptiretour à l'accueil                
retour accueil               

 

 


retour_gps_mali_transport
Retour vers

Mali transports [GPS]
rassemble tous les textes
concernant transports et aléas


les PUBS!!!..... colère!

Les pubs ne sont pas voulues par Roots Voyage et retours
Ne plus les voir sur vos écrans ici comme ailleurs sur internet ?

SOLUTION (clic)

 


Posté par amilaba à 02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 6 mars 2009

DJENNE ... le bac sur le Bani


bouton_avant_mopti
page précédente :
Mali,
sur la route

 

 

 

DJENNE...
Une ville faite de la terre qui la porte,
cité déjà active au Moyen-âge.

La Mosquée de DJENNÉ Mali


La mosquée actuelle, classée au patrimoine mondial,
a été construite en 1907.
La première, au XIIIe siècle...

Toutes les photos de cette page sont à ouvrir grand en cliquant dessus.

Actuellement le plus grand bâtiment en banco au monde.
Construction d'architecture "soudanaise".
Chaque année, après la saison des pluies,
elle nécessite un re-crépissage, objet de cérémonies.

une entrée latérale Mosquée de DJENNÉ Mali

Je vous encourage vivement à aller voir:
"Architecture soudanaise"
Un texte passionnant de Alexandre MAGOT
sur ce type d'architecture au Mali.

De nombreuses maisons à Djenné
relèvent de ce même style.

 

Architecture soudanaise DJENNÉ Mali

détail Architecture soudanaise DJENNÉ Mali

 

Près de la mosquée, les portes des maisons s'ouvrent
pour vous donner l'accès aux terrasses
et vous permettre une vue d'ensemble sur la mosquée.
Quelques pièces sont attendues en retour...

la place du marché à DJENNÉ Mali

Je supporte assez mal les visites guidées,
canalisées, commentées...
J'ai besoin d'errer, sentir, capter...
des petites choses me retiennent...

Devanture illustrée DJENNÉ Mali

Prison DJENNÉ Mali
clic! dans photos >>>> c'est mieux!

Djenné... j'y reviendrai... sans guide, au moins 2 jours.


Mais là, j'ai autre chose pour vous...
Ah...vRRRaiment!... Pour tout ce qui suit,
si vous n'agrandissez pas les photos, vous allez tout manquer.

Le PASSAGE du BAC sur le BANI

Bac sur le Bani DJENNÉ Mali

Point de traversée du Bani DJENNÉ Mali îlots pâturages au-milieu du Bani DJENNÉ Mali

Ambiances très différentes entre le passage du matin
et son lot de touristes...

File d'attente au bac du Bani DJENNÉ Mali

en attendant le bac DJENNÉ Mali

... (et donc aussi de vendeurs de colifichets pour toubab)
et le passage du soir, retour du marché.
Au matin, quand même, une belle image :

Vélo sur chariot sur pinasse sur fleuve DJENNÉ Mali

Traversée Hyppique du Bani à DJENNÉ Mali

Le soir, retour du marché...
Fin d'après-midi, j'ai un peu traîné.
Au bac, je ne le regrette pas...

Attelages colorés au bac de DJENNÉ Mali
la traversée du Bani au retour du marché de DJENNÉ Mali
élégante crépusculaire Bac de DJENNÉ Mali
Embarquement des attelages au retour du marché 1 Fleuve Bani Mali
Embarquement des attelages au retour du marché 2 Fleuve Bani Mali
Embarquement des attelages au retour du marché 3 Fleuve Bani Mali
Soir tombant sur le Bani Mali

La fin de cette journée, vous la connaissez peut-être,
elle est dans la page précédente "Mali, sur la route"
un retour compliqué par une panne d'un taxi.

...et voilà... C'est fini pour la région de Mopti.


Silence de fin de journée Fleuve BANI Mali

Salut!...                                 
à bientôt dans un nouveau carnet:
Pays Dogon, troublant et beau.


Pour voir tous les messages                                suite du voyage au Mali
du carnet "Mopti, Fatoma, Djenné",                              vers Le PAYS DOGON
bouton_pays_dogoncliquer dans l'icône ci-dessous.                   
vers_GPS_mopti

retour à l'accueil                 

              retour accueil

 


retour_gps_mali_transport
Retour vers

Mali transports [GPS]
rassemble tous les textes
concernant transports et aléas



les PUBS!!!..... colère!

Les pubs ne sont pas voulues par Roots Voyage et retours
Ne plus les voir sur vos écrans ici comme ailleurs sur internet ?

SOLUTION (clic)

 


Posté par amilaba à 23:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]